La zone de gratuité à Algues au Rythme

 

Zone gratuité AARQuesako ?

Une zone de gratuité C’est un espace ouvert à tous, permanent ou temporaire, conçu pour partager des objets mais aussi un moment convivial.
Chacun peut y apporter des objets dont il n’a plus besoin et en fait don sur la zone de gratuité. Chacun est aussi libre de récupérer gratuitement les objets qu’il souhaite. A la différence de la braderie ou du vide-grenier, il n’y a pas d’échange marchand. A la différence du troc, il n’y a pas d’obligation de réciprocité entre ce que l’on donne et ce que l’on prend.

La zone de gratuité à Algues au Rythme

Le festival propose sur son site principal un espace dédié aux associations locales du pays de Vannes, œuvrant dans différents domaines : prévention santé, promotion du vélo, créations artistiques en déchets, …. La zone de gratuité y a naturellement trouvé sa place depuis 2012 en partenariat avec la Recyclerie du Golfe (une association qui n’existe plus aujourd’hui).
La zone de gratuité d’Algues au rythme a la spécificité d’être à vocation culturelle, avec une majorité de livres, CD, DVD, jeux… Informés en amont par le site et un flyer, les festivaliers sont invités à amener leurs objets lors de leur venue au concert. Une fois sur place, des bénévoles sont présents afin d’expliquer le principe et les finalités de la zone de gratuité aux spectateurs. Un bel atout pour l’accueil des publics, les rencontres et la sensibilisation au développement durable et solidaire !
La zone de gratuité attire bon nombre de festivaliers curieux, jeunes ou moins jeunes. Algues au Rythme envisage donc de poursuivre cette action, en organisant une pré-collecte en cours d’année afin d’alimenter les dons.

Proposer une zone de gratuité sur mon festival

Des acteurs spécialisés dans le réemploi et la prévention des déchets près de chez vous (services des collectivités, ressourceries, communautés Emmaüs…) peuvent vous aider et vous renseigner sur les potentiels donneurs à proximité (magasins, médiathèque, …). Ces liens permettront d’accroître l’impact de l’opération sur le territoire. Vous pouvez co-organiser la zone de gratuité avec ces structures, ou même leur proposer d’être présentes sur le festival afin de se faire connaître.
Votre zone de gratuité peut être généraliste ou thématisée selon l’esthétique artistique du festival, axée sur le jeune public ou sur des catégories d’objets. Une variante possible est de faire une zone de troc, avec la possibilité de mettre en place une monnaie d’échange comme des billes ou des jetons.
La communication autour de cette opération est primordiale : expliquez le principe, précisez lieu, horaires, objets acceptés… Misez sur les supports papier, des relais locaux, le site internet et surtout les réseaux sociaux. Dans tous les cas, il est important d’informer sur le sens de la zone de gratuité : les concepts de réutilisation, de solidarité, d’objets ‘’SPF’’ (Sans propriétaire fixe) doivent être à l’honneur !
Pour l’aménagement, prévoir un espace abrité de quelques m² au calme avec une enseigne bien visible, un éclairage si nécessaire ainsi qu’un panneau explicatif sur le fonctionnement de la zone. Il est possible de constituer un petit stock de départ en mobilisant les bénévoles par exemple. Pour permettre aux festivaliers de revenir et apporter d’autres objets, opter pour une durée de 2 jours minimum. A la fin de l’évènement, prévoir un lieu de stockage ou monter un partenariat avec une association locale qui est d’accord de récupérer les objets.
Il est préférable de mobiliser quelques bénévoles pour faire vivre la zone de gratuité, même si dans le principe elle peut fonctionner librement.

Combien ça coûte ?

Le comble d’une zone de gratuité serait qu’elle soit coûteuse à mettre en place… Avec simplement une table, une affiche et un peu de temps de préparation et de présence sur place, vous pouvez ouvrir et expérimenter votre zone de gratuité.

Points de vigilance :

Communiquer suffisamment tôt sur l’opération : au moins 1 mois avant l’événement avec un rappel à quelques jours de l’événement.
Ne pas accepter n’importe quel objet : le but est que les objets trouvent preneur, la zone de gratuité n’est pas une déchèterie !
Si nécessaire, pour éviter les abus, limiter le nombre d’objets à 2 par personne par exemple.
Prévoir un peu de rangement, régulièrement, pendant le festival.

Contact
Association Algues au Rythme
Marc Abel
orgalgo@free.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *