Nos projets

Les démarches de développement durable sont des démarches de progrès qui nécessitent d’essayer, d’expérimenter, d’innover. C’est dans cette logique de recherche et développement que le Collectif travaille avec ses adhérents et des partenaires afin de faire émerger les solutions aux problématiques communes des festivals.

En 2021, le Collectif travaille particulièrement sur ces chantiers :

Drastic on Plastic

Drastic on Plastic est un dispositif national qui vise à accompagner les festivals français vers la réduction et la suppression du plastique jetable, ceci dans une démarche collective et de mise en commun des pratiques à l’échelle nationale. Drastic on Plastic est porté par R2D2, le Réseaux régionaux d’accompagnement des manifestations au développement.

Photo de légumes

Terres de sources

Initié par la collectivité Eau du Bassin Rennais, Terres de Sources vise à accélérer la transition agroécologique locale et à préserver la qualité de la ressource en eau.
La participation du Collectif des festivals à ce dispositif s’inscrira notamment via un travail sur l’approvisionnement alimentaire des festivals et la sensibilisation des publics.

Les schémas économiques des festivals

Depuis 2018, nous sommes partenaires du projet So Fest (piloté par France Festivals) pour étudier l’impact sociétal des festivals (études des publics, étude sur le bénévolat, étude sur les modèles économiques…). Ce projet se conclura en fin d’année 2021 et fera l’objet de plusieurs publications.

STARTER

STARTER (Spectacles et Tournées d’ARTistes Eco-Responsables) est un groupe de travail regroupant différents réseaux et fédérations culturelles. Son objectif est de faciliter la prise en compte des enjeux de transition écologique dans l’accueil des artistes afin de permettre un changement d’échelle dans les pratiques d’ici 2025.

Programmations électroniques durables

Ce chantier, amorcé par le Collectif des festivals et Technopol, a pour objectif de trouver des solutions pratiques et opérationnelles pour réduire l’empreinte carbone des déplacements des artistes de musique électronique en se basant sur la collaboration entre structures culturelles ainsi que sur les viviers d’artistes locaux.

Bénévolat et droits culturels

Le Collectif travaille depuis 2018 la notion des droits culturels et plus précisément sur leur prise en compte dans les gouvernances des festivals et dans la relation qu’ils entretiennent avec les bénévoles.
Nous travaillons avec un groupe de travail de 6 festivals adhérents et sommes accompagnés par deux consultantes : Anne Burlot-Thomas et Hélène Cancel.

Egalité Femmes/Hommes

En partenariat avec HF Bretagne nous menons un travail pour d’une part sensibiliser les festivals aux inégalités de genre dans les organisations et les programmations, et d’autre part mener des observations, enquêtes et actions concrètes. Le Collectif des festivals est partenaire du Pacte HF Bretagne pour les musiques actuelles.

Violences sexistes et sexuelles en milieu festif

Le Collectif des festivals co-anime un projet avec Astropolis, Supermab, l’Orange Bleue, HF Bretagne et Bretagne(s) Worlds Sounds pour développer un dispositif d’accompagnement des acteurs culturels (festivals et salles) vers la prise en compte des violences existantes en milieu festif et des inégalités sous-jacentes.

Evaluation et référentiel

Après plusieurs années d’accompagnement sur la mise en œuvre d’actions de développement durable et solidaire, le Collectif des festivals travaille à l’élaboration d’un outil d’évaluation permettant aux festivals de mieux identifier leurs impacts, de communiquer sur leurs engagements et de se fixer de nouveaux objectifs.

Montée en compétences des équipes

Organisme de formation datadocké, le Collectif des festivals déploie un dispositif multimodal de formation des professionnel·les et bénévoles des festivals pour les accompagner dans le changement de leurs pratiques vers plus de développement durable et solidaire. Formations en présentiel, MOOC, modules à la carte ou parcours complet, il y en a pour toutes les situations ! Avec dans tous les cas, de l’échange de pratiques et une adaptation aux problématiques des apprenants.